Cependant la poursuite continuait: il ne fallait qu’un instant au vaquero pour acquerir la certitude que

Le jeune homme, qui jusque-la avait galope en ligne droite a travers terre, fit soudain un brusque crochet comme si un obstacle imprevu s’etait brusquement dresse devant lui et revenant sur la droite il changea de direction, pendant quelques minutes, il parut vouloir se rapprocher de ceux qui le poursuivaient.

Ceux-ci essayerent alors de lui barrer le passage; Dominique, lui, arreta son cheval, mit pied a terre, puis il arma son fusil. Don Melchior devait, d’apres la direction qu’il suivait en ce moment, passer a environ cent metres de lui. Le vaquero fit le signe de la croix, epaula son arme et lacha la detente. Le cheval de don Melchior frappe a la tete, roula foudroye sur le sol, entrainant son cavalier dans sa chute.

Au meme instant, une trentaine de partisans apparurent au loin, se dirigeant a toute bride vers le lieu de l’embuscade. Cuellar galopait a leur tete. Quelque grande que fut la hate, mise par le comte et le mayordomo pour se rendre a l’endroit ou don Melchior etait tombe, Cuellar arriva avant eux. Don Melchior se releva tout froisse de sa chute, et se pencha vers sa soeur pour l’aider a se redresser; dona Dolores etait evanouie. –!Vive Dios! Senor, dit Cuellar d’un ton bourru, vous etes un rude compagnon; vous pratiquez la trahison et le guet-apens avec un rare talent, mais je veux bien que le diable me torde le cou plus tot qu’il ne doit le faire, si nous chevauchons plus ici longtemps de compagnie. –Vous prenez mal votre temps pour plaisanter, senor, repondit don Melchior; cette jeune dame, qui est ma soeur, est evanouie. –A qui la faute, s’ecria brutalement le partisan, si ce n’est a vous qui, dans le seul but de l’enlever je ne sais dans quelle intention, m’avez fait tuer vingt des hommes les plus resolus de ma cuadrilla? Mais cela ne continuera pas ainsi, j’y mettrai bon ordre, je vous jure.

–Que voulez-vous dire? fit don Melchior avec hauteur.

–Je veux dire que vous me ferez desormais le sensible plaisir d’aller ou vous voudrez pourvu que ce ne soit pas avec moi, et que je pretends, a compter de cet instant, ne plus rien avoir de commun avec vous. C’est clair, n’est-ce pas? –Parfaitement clair, senor, aussi je n’abuserai plus longtemps de votre patience, fournissez-moi les chevaux necessaires pour ma soeur et pour moi, et aussitot je vous laisserai. –Du diable si je vous fournirai rien; quant a cette jeune dame, voici venir plusieurs cavaliers qui, j’en ai peur, vous laisseront difficilement l’emmener avec vous. Don Melchior blemit de rage, mais il comprit que toute resistance de sa part etait impossible; il croisa les bras sur la poitrine releva fierement la tete et attendit. Le comte, le mayordomo et Dominique accouraient en effet.

Cuellar fit quelques pas au devant d’eux, les jeunes gens etaient assez inquiets, ils ne connaissaient pas les intentions du partisan et apprehendaient qu’il ne se declarat contre eux. Mais Cuellar se hata de les desabuser. –Vous arrivez a propos, senores, leur dit-il amicalement; j’espere que vous ne m’avez pas fait l’injure de supposer que j’etais pour quelque chose dans le guet-apens dont vous avez failli etre victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *