Aussi malgre tout son courage et, toute sa volonte, don melchior souffrait une epouvantable agonie; a

En ce moment une main se posa doucement sur son epaule, il tressaillit comme s’il eut recu une commotion electrique et releva brusquement la tete. Un moine se tenait devant lui, le capuchon rabaisse sur le visage.

–Ah! fit-il, en se levant, voila le pretre. –Oui, dit le religieux, d’une voix basse mais parfaitement distincte, agenouillez-vous, mon fils, je viens recevoir votre confession. Le jeune homme tressaillit au son de cette voix qu’il lui sembla reconnaitre, son regard se fixa ardent et interrogateur sur le moine immobile devant lui. Celui-ci s’agenouilla en lui faisant signe de l’imiter. Don Melchior obeit machinalement.

Ces deux ce site hommes ainsi a genoux sur le sommet desert de cette colline, faiblement eclaires par la lueur faible et tremblante des lanternes qui rendait plus profonde l’obscurite qui les enveloppait de toutes parts, offraient un spectacle etrange et saisissant. –On nous surveille, dit le moine; commandez l’impassibilite aux traits de votre visage, l’immobilite a vos nerfs et ecoutez-moi, nous n’avons pas un instant a perdre; me reconnaissez-vous? –Oui, murmura faiblement don Melchior, qui sentant ami a son cote se rattachait malgre lui a l’esperance, le sentiment qui le dernier survit dans le coeur de l’homme, oui, vous etes don Antonio de Cacerbar. –Revetu du costume que je porte en ce moment, reprit don Antonio, j’etais sur le point d’entrer a Puebla, lorsque je fus soudain entoure par des hommes masques qui me demanderent si j’etais dans les ordres, sur ma reponse affirmative, reponse faite a tout hasard afin de ne pas rompre un incognito qui est ma seule sauvegarde contre mes ennemis, ces hommes, m’emmenerent avec eux et me conduisirent ici, j’ai assiste a votre jugement en fremissant de terreur pour moi-meme si j’etais reconnu par ces hommes, a qui je n’ai echappe une premiere fois que par miracle; mais quoi qu’il arrive je suis resolu a partager votre sort; avez-vous des armes? –Non, mais a quoi bon des armes contre un nombre d’ennemis aussi considerable? –A se faire tuer bravement au lieu d’etre ignominieusement pendu. –C’est vrai, s’ecria le jeune homme. –Silence malheureux fit vivement don Antonio, prenez ce revolver a six coups et ce poignard, j’en garde autant pour moi.

–Soyez tranquille, dit-il en serrant les armes contre sa poitrine, maintenant je ne les crains plus.

–Bien, voila comment je voulais vous voir; souvenez-vous de ceci: les chevaux attendent tout selles la, a droite au bas de la colline; si nous parvenons a les atteindre nous sommes sauves. –Quoi qu’il arrive, merci don Antonio, si Dieu veut que nous echappions. . . –Ne me promettez rien, interrompit vivement don Antonio; il sera temps plus tard de regler nos comptes.

Le moine donna l’absolution a son penitent. Quelques minutes s’ecoulerent; enfin don Melchior se leva, sa contenance etait fiere et assuree, il etait certain de ne pas mourir sans vengeance. Les hommes masques reparurent tout a coup et couronnerent de nouveau le sommet de la colline.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *