Aujourd’hui elle deplore ne pas l’avoir accompagne en afrique

Elle prevoit des catastrophes s’il vient a savoir.

. . Mieux qu’il ne la connait, Doriaste s’imagine le mari, tant elle en parle, et il garde au fond de soi une respectueuse pitie pour le malheur de ce noble, qu’il cause.

Maintes fois, la silencieuse Marceline se laisse glisser pres Doriaste et, toute blanche, la figure encadree par ses lourds cheveux blonds, a genoux sur le velours violet du divan, elle s’immobilise, les yeux vagues humant la lumiere. Et, dans la piece mauve, parmi les vieilles guipures aux tons fauves, sous les plats de cuivre rouge qui retiennent des lueurs dormantes dans leurs ciselures, la jeune femme apparait a son amant comme la frele realisation des mystiques donatrices que peint Memling dans les panneaux de ses triptyques.

VI Ils vont, calmes de bonheur, parmi la foule active. Au loin, l’Opera assis dans les brumes rosatres se revele encore par les dorures qui, de place en place, s’irradient.

Et la double file des lampadaires en bronze s’allonge, s’etrecit dans la perspective crepusculaire. Paul Doriaste, tout au charme des feminilites frolantes, s’abandonne au bercement vague des reminiscentes reveries. Contre son coude, le sein de sa maitresse palpite.

Ils doublent l’angle du boulevard. En teintes sobres s’harmonisent le miroitement limpide des etalages, les vetements des promeneurs, les feuillages des arbres. Par dela les equipages glissent avec la fuite brillante de leurs lanternes, des gourmettes et les luisances noires des voitures. Jusqu’aux mors, les steppers arrondissent leurs jambes greles.

–Marceline! clame subitement une voix imperieuse. Le chroniqueur se retourne. Une colere l’a surpris. . . Mais, aussitot, il reprime la semonce qu’il voulait servir a l’interrupteur de leur joie. Ce monsieur sec, brun, aux moustaches aigues, ce monsieur ombre d’un chapeau gris, sans doute, c’est le mari. Il a pris le bras de la jeune femme drive master et, tout bas, il repete: –C’est votre amant, n’est-ce pas? Et Doriaste sort a peine de son angoisse hebetee pour livrer sa carte en echange de celle offerte. Et puis Marceline jetee dans une voiture; le monsieur parlant au cocher, s’installant, reclaquant la portiere; et le fiacre perdu dans l’enchevetrement des fiacres; le chapeau blanc du cocher percu seul longtemps encore, jusque la-bas, dans le fouillis des fouets minces. VII En la bienheureuse caresse des draps frais, Doriaste repose ses membres raidis par trois heures successives d’escrime. La clarte discrete qui choit de la veilleuse en verre bleu, pose sur le divan ou git la chemise de soie qu’il endossera demain matin pour se battre. Des melancoliques lueurs. Et il verifie par memoire s’il n’oublia aucune des courses a faire dans cette circonstance, des emplettes. Cette affaire lui coutera encore cent francs. Ses calculs, qu’il les fasse et refasse, atteignent inevitablement ce total. Jusque la fin du mois il sera contraint a vivre chichement. En somme, il depensa beaucoup pour cette liaison: diners et fleurs, parties de campagnes et theatres, voyages et voitures de remise, duel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *