Apres une course de plusieurs heures, les voyageurs arriverent a trois lieues environ de l’hacienda del

–Arretons-nous ici et mangeons, dit Olivier en mettant pied a terre; voici, quant a present, le but de notre course.

–Je ne demande pas mieux, repondit Dominique; ce diable de soleil qui me tombe d’aplomb sur la tete depuis ce matin, commence, je vous l’avoue, a me gener, je ne serai pas fache de m’etendre un peu sur l’herbe. –Alors ne vous genez pas, compagnon; la place est belle pour se reposer. Les deux hommes s’installerent, entraverent leurs chevaux auxquels ils enleverent la bride afin de les laisser paitre a leur guise, et apres s’etre assis en face l’un de l’autre sous la protection de l’epais feuillage des arbres, ils fouillerent dans leurs alforjas bien garnies de provisions et se mirent a manger de bon appetit. Ni l’un ni l’autre des deux hommes n’etait grand parleur; aussi expedierent-ils leur repas silencieusement et ce ne fut que lorsque Olivier eut allume son puro et Dominique son calumet indien que le premier se decida enfin a adresser la parole au second. –Eh bien, Dominique, lui dit-il, que pensez-vous de l’existence que depuis quelques ce site mois je vous fais mener dans cette province? –A dire le vrai, repondit le vaquero en lachant une epaisse bouffee de fumee, je la trouve absurde et ennuyeuse au possible; il y a longtemps deja que je vous aurais prie de me renvoyer dans les prairies de l’ouest, si je n’etais pas convaincu que vous avez besoin de moi ici. Olivier se mit a rire.

–Vous etes un veritable ami, dit-il en lui tendant la main, toujours pret a agir sans observations comme sans commentaires. –Je m’en flatte: l’amitie ne constitue-t-elle pas l’abnegation et le devouement. –Oui, et voila pourquoi il est si rare de la rencontrer parmi les hommes.

–Je plains ceux qui sont incapables d’eprouver ce sentiment, ils se privent d’une grande jouissance; l’amitie est le seul lien reel qui attache les hommes les uns aux autres. –Beaucoup croient que c’est l’egoisme. –L’egoisme n’est qu’une variete de l’espece, c’est l’amitie mal comprise et ravalee a des proportions basses et infinies. –Diable, je ne vous croyais pas d’une force si grande sur les paradoxes. Est-ce parmi les Indiens que vous avez appris ces arguties de langage? –Les Indiens sont des hommes sages, mon maitre, repondit le vaquero hochant la tete; pour eux le vrai est vrai et le faux est faux, au lieu que dans vos villes du centre vous avez si bien reussi a tout embrouiller que le plus fin ne saurait plus s’y reconnaitre et que l’homme simple ne tarde pas a perdre le sentiment du juste et de l’injuste. Laissez-moi retourner dans les prairies, mon ami, ma place n’est pas au milieu des luttes mesquines qui ensanglantent ce pays et soulevent mon coeur de degout et de pitie. –Je voudrais vous rendre votre liberte, mon ami, mais je vous le repete, j’ai besoin de vous, peut-etre pour trois mois encore. –Trois mois, c’est bien long. –Peut-etre trouverez-vous ce laps de temps bien court, dit-il avec une expression indefinissable. –Je ne le crois pas.

–Nous verrons bien, mais, je ne vous ai pas encore dit ce que j’attends de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *