–a mexico! s’ecria don jaime en bondissant en selle, cette fois je crois que je tiens

Les deux cavaliers partirent a fond de train.

La joie que l’aventurier eprouvait du succes inespere de son expedition, l’empechait de sentir la douleur des estafilades, legeres a la verite, qu’il avait recues dans son duel. XXXIV UNE ReSOLUTION SUPReME Les premieres lueurs du jour commencaient a nuancer le ciel de teintes d’opale au moment ou les deux cavaliers atteignirent la garita de San Antonio.

Depuis quelque temps deja ils avaient ralenti l’allure rapide de leurs chevaux, avaient quitte leurs masques et retabli autant que possible de l’ordre dans leurs vetements fripes, salis, et endommages par les peripeties nombreuses de leur course nocturne.

A quelques pas de la garita, ils s’etaient meles aux groupes d’Indiens qui se rendaient au marche, de sorte qu’il leur fut facile de rentrer dans la ville sans etre remarques. Don Jaime se dirigea aussitot vers la maison qu’il habitait, calle de San Francisco, pres la place Mayor. Arrive chez lui, il congedia Lopez qui tombait litteralement de sommeil, malgre le copieux a-compte qu’il avait pris pendant que son maitre etait au Palo Quemado, lui donna conge pour toute la journee en lui assignant seulement un rendez-vous pour le soir meme, puis il se retira dans son appartement, ou plutot dans sa chambre. Cette chambre etait une veritable habitation de Spartiate; le mobilier, reduit a sa plus simple expression, se composait seulement d’un cadre en bois garni d’un cuir de boeuf qui lui servait de lit, une vieille selle formait oreiller, et une peau d’ours noir tenait lieu de couverture; une table chargee de papiers et de quelques livres, un escabeau, un coffre renfermant ses hardes, et un ratelier garni d’armes de toutes sortes, couteaux, pistolets, sabres, epees, poignards, machettes, fusils, carabines, rifles et revolvers, completaient avec des harnais pendus au mur ce singulier ameublement que relevait un lavabo fourni d’ustensiles de toilette drive-master.com place derriere un zarape formant portiere dans un angle de la chambre. Don Jaime pansa ses blessures qu’il lava avec soin avec de l’eau et du sel, suivant la coutume indienne, puis il s’assit devant sa table, et commenca l’inspection des papiers dont il avait eu tant de peine a s’emparer, et dont la possession avait failli lui couter la vie.

Il fut bientot completement absorbe par ce travail qui paraissait fortement l’interesser. Enfin, vers dix heures du matin, il quitta son siege, plia les papiers, les renferma dans un portefeuille qu’il placa dans une poche de son dolman, jeta un zarape sur son epaule, se coiffa d’un chapeau de vigogne a large golilla d’or, et dans cette tenue aussi elegante que pittoresque, il sortit de chez lui.

Don Jaime avait, on s’en souvient, donne a don Felipe sa parole d’honneur d’etre son executeur testamentaire, c’etait pour accomplir cette promesse sacree qu’il sortait. Vers six heures du soir il rentra chez lui; sa parole etait degagee, il avait remis a la mere et a la soeur de don Felipe la fortune dont un coup de couteau les avait rendues si a l’improviste heritieres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *